Je ne suis pas morte, je suis juste dissipée

Comme le titre de cet article le laisse présumer, je suis toujours en vie. Je manquais un peu de motivation pour écrire mais semble-t-il qu’il y a des fans qui en veulent plus. ( Merci Jennifer. ) Mais aujourd’hui je ne vanterai pas les multiples mérites de la vie en région, non non non. Aujourd’hui je vais chialer ! Parce que des fois, il le faut. Ou pas vraiment. Anyway je vais le faire.

Parlons donc ‘ SERVICE A LA CLIENTÈLE’. J’ai cru qu’en revenant au lac, le service a la clientèle serait mieux qu’en ville ( Quand je parle de ”ville”, n’oublions pas que j’ai vécu a Québec pendant 7 ans.  Les Pro-Montréal peuvent s’abstenir de commentaires douteux) et bien je me suis profondément mis le doigt dans l’oeil.

Ici, les même serveuses travaillent avec les même clients depuis 20-30-40 ans.. Les petits nouveaux, elles s’en contre-fichent ! Les caissières de supermarchés aiment avoir des discussions de 5 minutes et plus avec leurs clients-amis même si d’autres personnes attendent en file. A force d’être déçue du service a la clientèle et d’en discuter avec mon conjoint ( j’aime sa ce mot la, sa fait sérieux. Vieux pis sérieux. ) nous en sommes venu a une conclusion : Si tu ne connais pas personnellement la personne qui t’offre un service, tu risque d’avoir un service médiocre. Triste mais vrai. On l’a même testé ! On est allé dans un restaurant dont je vais taire le nom avec ma belle-mère, figure emblématique de St-Félicien ( j’exagère a peine.) et nous avons eu une service exemplaire! Ensuite, nous sommes allé en famille avec des amis et… SERVICE POURRI! Même chose quand nous y sommes allée avec ma mère quelques temps plus tard. Service pourri , mais dans le paroxysme du pourri. Nous avons donc décidé de ne plus jamais y aller. Ce qui nous enlève vraiment beaucoup d’options de restos car a St-Fé, il n’y en a pas des masses.

Je suis allée passer un week-end a Montréal il y a quelques temps, et ça m’a rappelé qu’est-ce que du bon service. Partout ou nous sommes allé, restaurants et boutiques, les gens ont été serviables, efficaces et surtout vraiment sympathiques.  Un peu comme le service que je pensais trouver ici en région.. Je suis pas mal déçue. Je n’arrêterai pas de sortir manger au restaurant, ni de magasiner ici.. Mais encourager local devient un peu plus une corvée qu’un plaisir.

Il ne faut pas tout catégoriser non plus, j’ai quelques fois eu d’excellents services ( mention spéciale de bon service a La Chouape! Microbrasserie locale aux grilled-cheeses fancy. )a certains endroits. Mais dans l’ensemble je m’avoues bien déçue.

grumpy-waitress

Prendre une marche.. ?

Ici à St-Félicien, les gens aiment prendre des marches. J’habite sur un des boulevards les plus ‘piétons-friendly’ et je vois passer des tonnes de marcheurs. Mais les gens ne marchent pas pour se déplacer, mais juste pour marcher. Ils peuvent marcher 1 ou 2 heures par jour, mais refuse catégoriquement de se rendre au travail ou au centre d’achat à pied. Eux, ils marchent pour marcher. Moi, la plupart du temps, je me rends et je reviens du boulot à pieds. Quand j’en parle aux gens, ils me regardent comme si c’était étrange. Mais moi, je ne passe pas 2 heures par soir à marcher. J’aime marcher avec un but. ‘’Allons nous acheter une crème glacée chéri!’’ ou ‘’ Allons au parc avec bébé.’’  Mais il ne me passe pas souvent par la tête de me dire ‘’Je vais aller marcher pour me rendre nulle part et juste faire un gros carré dans la ville  jusqu’à ce que je revienne a la maison.’’

Marcher, c’est bien. C’est un sport pour le moins dispendieux (à moins d’être zélés et d’acheter des kits de marque et des chaussures de joggings pour se sentir plus sportif.)et accessible à tous.  Je pense que c’est une bonne initiative de marcher pour se tenir un tant soit peu en santé.  Mais, chers compatriotes pédestres, arrêtez de me juger parce que Moi je marche pour me rendre au travail en tentant de faire un geste écologique et économique. En plus, je dois être super cute sur le bord du chemin avec ma boite à lunch Kung Fu Panda multicolore, mon linge de secrétaire et mes espadrilles (Confort , priorité numéro 1!).  Un délice pour les yeux à coup sur.

Il y a un autre phénomène dont je suis quotidiennement témoin et dont le sens m’échappe complètement ; Dans ma rue, je vois les piétons marcher dans la rue ou sur la piste cyclable.  Mais pratiquement jamais sur le trottoir.   (Trottoir qui est dans un état correct et praticable.) Et comme les piétons sont sur la piste cyclable, devinez ou sont les cyclistes ! Dans la rue ! POURQUOI?! Si tout le monde étaient à sa place, tout le monde serait heureux. (Incluant les automobilistes qui doivent se mettre partiellement dans la voie inverse pour éviter les cyclistes qui sont dans la rues qui eux sont dans la rue pour éviter les piétons sur la piste cyclable. ) St-Félicien, ville de paradoxe. Je t’aime pareil.

PIETON

‘ J’ai pas un gros châr ‘

Lac-St-Jean. Le royaume des gigantesques Pick-Ups et VUS!

Je peux comprendre l’utilité d’avoir un pick-up si on possède un VTT quelconque (skidoo, seadoo, 4 roues, etc..), si on chauffe sa maison au bois, si on possède un bateau. Je peux aussi comprendre l’utilité d’avoir un Véhicule Utilitaire Sport lorsqu’on a une grande famille, lorsqu’on fait beaucoup de camping, si on fait de la ‘trail’ de bois.. Mais je crois, en toute franchise, que beaucoup de gens ici au lac-st-jean possède ce type de véhicule juste parce que… c’est cool.

Il semble être courant d’avoir 2 voitures par foyer, ce que je peux aisément comprendre. Mais est-ce que posséder 2 grosses voitures très consommatrice d’essence  est vraiment nécessaire? J’ai l’impression que d’avoir ce type de véhicule est plus une mode qu’un besoin ici. ( Je ne catégorise pas, je donne simplement mon avis. A chaque personnes leurs besoins.) Je trouve que de vivre dans une aussi belle région devrait au contraire donner aux gens plus de conscience écologique. Question de préservation.

J’ai tellement l’impression que notre Corolla est minuscule sur les routes ici. Entourée de gigantesque pick-ups, de jeeps, de hummers, de VUS. Mon chum va bien finir par en développer un complexe.  Il y a peut-être un peu d’abus. Ou peut-être que je juge mal? …

Culinairement parlant..

Fidèle à ma nature humaine, je considère toujours qu’il me manque ce qu’il m’est impossible d’avoir. Voilà un exemple typique de ce phénomène ;  je me fiche complètement de la saveur de ma sauce à poutine (hot chicken ou barbecue) jusqu’au moment où je n’ai plus le choix. Ce phénomène se présente sous plusieurs aspects culinaires. Il y a surement un vieux dicton pourri qui dit ‘ On ne sait pas à quel point on apprécie quelque chose (ou quelqu’un, ce qui  ne s’applique pas du tout a ce post.) jusqu’à ce qu’on le perde… ‘

LA PRÉPARATION BARBECUE.  On dirait que ça n’existe pas à Québec, la préparation Barbecue !

Divine, succulente, parfaite préparation barbecue.

 Pour ceux qui ne savent pas en quoi sa consiste ; une préparation barbecue c’est en fait la même assiette qu’avec une cuisse ou une aile de poulet…  Mais sans poulet.  Des frites, un cup de sauce barbecue (DUH!), un cup de salade de choux, deux pains rôti et un beau gros morceau de fromage. Fabuleuse assiette de pur bonheur!  Pur bonheur dont je me suis passée pendant mes années dans la ‘grande ville’ (sauf lors de mes voyages au Lac!). Je me suis bien reprise dans la dernière année par contre.

Tout à l’heure, je faisais référence aux choix de la sauce à Poutine. Ici au lac, tous les restaurants et cantines offrent le choix de la sauce. Je dois m’avouer plutôt bi-curieuses en ce qui attrait à  la sauce de ma poutine.  Parfois je me sens le  bec  salé, j’y vais avec de la sauce Hot Chicken et parfois, un peu plus aventureuse, avec la sauce Barbecue.  Bref, pendant ma vie de citadine, quand j’allais me chercher une poutine au Ashton suite à une soirée bien arrosée, je vivais à chaque fois une grande déception de ne pouvoir avoir le CHOIX. ( Et, soit dit en passant, la poutine Ashton est très loin d’être aussi succulente que celle du Midas, du Capitaine Bob ou du Goofy.. )

Ces 2 détails, quoi que plutôt anodins, font de la vie au Lac-St-Jean une vie encore plus douce..

POURTINE

La fille au Lac – Présentations

Bienvenu à tous sur mon tout nouveau blog ; La fille au Lac.

J’ai décidé d’utiliser (encore une fois) les Internets pour m’aider à évacuer toute la hargne ainsi que tout le bonheur que je ressens chaque jour depuis mon retour en Région. Exutoire vivifiant.

Il y a un an maintenant, j’ai déménagée à St-Félicien au Lac-St-Jean après avoir vécu presque 7 ans à Québec et 2 ans à Chicoutimi. Je suis native de Roberval, et je souhaitais me rapprocher de ma famille. Je ne regrette pas du tout le mouvement, l’air ici est pure et définitivement profitable pour ma petite famille. Mais je constate encore, après tout ce temps, le gigantesque pont entre la vie en ‘’ville’’ et a vie en ‘’région’’. Parfois positif, parfois négatif.

Laissez-moi vous partager mes aventures.

300px-Lac_St-Jean_71.94640W_48.69243N